Comment identifier vos motivations clés ?

   

coaching de carrière

Nous avons vu dans les deux premiers articles pourquoi il était essentiel de connaître ses motivations et quels étaient les moments privilégiés pour mener cette réflexion.

Je vous propose maintenant, à l’aide de quelques questions clés, de cheminer par vous-même :

« De manière générale, qu’est-ce qui est important pour vous dans le travail ? » « Qu’est-ce qui fait que vous avez envie ou pas de vous mettre au travail le matin ? » « Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre poste actuel ? » « Qu’est-ce qui vous plaît le moins dans votre poste actuel ? »

Vous pouvez aussi repenser à vos différentes expériences professionnelles en classant d’un côté celles pour lesquelles vous étiez très motivé et de l’autre peu ou pas motivé. Ce « tri » va vous aider à clarifier vos préférences (au niveau du contenu de poste, du mode relationnel, de l’environnement de travail, du type d’entreprise, du secteur d’activité, … ) mais aussi ce qui ne vous convient pas.

A ce stade, vous avez un premier état des lieux de vos « moteurs ». Regroupez-les en 4 ou 5 items qui vous semblent les plus représentatifs.

L’étape suivante consiste à s’interroger sur votre niveau de satisfaction actuel pour chacune de vos motivations. Si, par exemple, le fait « d’apprendre régulièrement de nouvelles choses» est important pour vous : ce critère est-il satisfait dans votre poste actuel ?  Si c’est le cas tout va bien, sinon réfléchissez à ce que vous pourriez faire pour améliorer la situation.

Nous pouvons rarement être épanoui à 100% sur l’ensemble de nos motivations, mais il est important de les connaître et de les mesurer. S’il y a un trop grand décalage entre ce que l’on fait et ce à quoi on aspire, en prendre conscience va permettre de mieux comprendre ce que l’on vit et, selon nos possibilités, d’envisager ou pas des changements.

Si vous êtes en position de manager, je vous suggère ensuite d’accompagner vos collaborateurs dans cette démarche. Posez-leurs les mêmes questions, puis sollicitez-les sur leur niveau de satisfaction pour chaque motivation et sur les leviers en cas d’insatisfaction. Par exemple, « tu me dis que l’ambiance de travail c’est important pour toi. Aujourd’hui est-ce que tu es content de l’ambiance dans l’équipe ? » Et, en fonction de la réponse, « que pourrait-on faire pour améliorer ce point-là ? » Ce questionnement risque de faire émerger des points de mécontentement sur lesquels vous avez peu ou pas de marge de manœuvre. En les exprimant, l’individu va mieux accepter la frustration qui existait de manière latente. Parfois, cela peut accélérer une mobilité, qui aurait eu lieu tôt ou tard mais qui sera préparée plutôt que « subie ». 

Prendre en compte les motivations individuelles peut avoir un effet positif considérable sur chaque collaborateur et une émulation au sein du groupe. Cela positionne le manager à un autre niveau en renforçant son leadership et son relationnel avec l’équipe.  

Tout le monde y gagne : l’individu, le manager, le service RH et l’entreprise au global !

 Et vous, qu’en pensez-vous ?

Savez-vous dire quelles sont vos quatre ou cinq principales motivations ?

Savez-vous identifier celles des personnes, qui travaillent avec vous ?